Le CFPB annonce un procès contre MoneyLion

Le Bureau de protection financière des consommateurs (CFPB) a déposé une plainte contre le prêteur en ligne MoneyLion.L'agence fédérale allègue que le prêteur, qui fournit des avances de fonds sans intérêt et d'autres produits et services financiers, a trompé et surfacturé les membres du service militaire et leurs familles, et a également menti sur la capacité des clients à annuler leur adhésion.

Points clés à retenir

  • MoneyLion a violé la loi sur les prêts militaires et la loi sur la protection financière des consommateurs, selon le CFPB.
  • L'agence fédérale a également accusé le prêteur en ligne de tromper les clients sur leur capacité à annuler leur adhésion à tout moment.
  • Le CFPB souligne que sa plainte contre MoneyLion ne constitue pas une décision définitive selon laquelle le prêteur a violé la loi.

MoneyLion dans l'eau chaude avec le CFPB

Le CFPB a choisi d'intenter une action en justice contre le prêteur en ligne et la plateforme de banque mobile pour violation de la loi sur les prêts militaires et de la loi sur la protection financière des consommateurs.Selon l'agence fédérale, le prêteur, qui offre des avances de fonds à 0 % APR, un prêt de crédit, des services bancaires et d'investissement et plus encore, s'est engagé dans les actions suivantes :

  • Surcharger et tromper les membres de la communauté militaire : En plus des frais d'intérêts sur les prêts, le prêteur a facturé des frais d'adhésion qui dépassaient le plafond de 36 % fixé par la loi sur les prêts militaires.En tant que tels, les prêts étaient nuls, mais MoneyLion a continué à déclarer que les emprunteurs devaient des paiements et des frais.
  • Refuser les annulations d'adhésion : le prêteur exige que les consommateurs adhèrent à un programme d'adhésion pour profiter de son prêt à tempérament, moyennant des frais mensuels de 19,99 $ à 29 $.MoneyLion a également amené les clients à croire qu'ils pouvaient annuler leur adhésion à tout moment, mais a refusé les annulations si le membre avait un solde de prêt impayé.Dans d'autres cas, le prêteur refusait les demandes d'annulation si le client avait remboursé le prêt mais avait des frais d'adhésion impayés.

Dans un communiqué de presse, le directeur du CFPB, Rohit Chopra, a déclaré : "Les entreprises enfreignent la loi lorsqu'elles exigent des frais d'adhésion mensuels pour obtenir des prêts, puis créent des obstacles à l'annulation de ces adhésions."

Le procès cite MoneyLion Technologies et 38 de ses filiales comme défendeurs.Vous pouvez lire la plainte complète sur le site Web du CFPB.